Le site des fabriques d'église de la Ville de Namur


Chers fabriciens,

C'est avec une grande peine que nous apprenons le décès de notre Président, Monsieur François des Touches. François aura tant donné pour le GEFEN !

Nous transmettons toutes nos condoléances à sa famille et ses proches.

                                     Les Membres du CA du GEFEN

                                    Ce 30 mars 2020                                                    


Hommage à Monsieur François des Touches

« Mr François Destouches, président du regroupement des 42 Fabriques d’Eglises du grand Namur, s’est éteint ce lundi 30 mars.
Emporté par la crise qui accable actuellement l’Europe.
Son dévouement à la réorganisation de nos Fabriques d’église était sans compter et l’occupait largement depuis sa retraite de Lieutenant-Colonel.
Il avait envisagé depuis de nombreuses années le regroupement de ces organismes de droit public, avec la rigueur qu’on lui connaissait.
Il n’a jamais caché ses convictions dans la foi. Qu'il repose en paix dans le Seigneur. »

Tanguy  AUSPERT
Echevin du Patrimoine, des Bâtiments communaux,
de la Gestion Interne, de la Logistique,
du Prêt Matériel et des Cultes.
Hôtel de ville de Namur.


(lien site)

Semaine Sainte: toutes les célébrations religieuses publiques sont annulées - La propagation du coronavirus contraint toutes les autorités et institutions publiques de notre pays à une extrême prudence. L'Église veut, elle aussi, endiguer la propagation de ce virus. Les évêques de Belgique ont dès lors décidé de prolonger la suspension de toutes les célébrations religieuses publiques et ce jusqu'au 19 avril inclus. Les services liturgiques de la Semaine Sainte sont donc suspendus. Des informations propres au diocèse de Namur seront communiquées ultérieurement.

* * *

 Merci de diffuser largement ce message autour de vous.

(Mail du Diocèse du 24.03.2020)

Chers diocésains,

Au moment où j'écris ces lignes (20 mars), la radio annonce qu'en Chine, c'est le deuxième jour qu'aucun cas nouveau n'a été recensé. L'épidémie aura une fin. Tenons en éveil l'espérance ! 

Tenons en éveil l'espérance en raison du personnel soignant qui s'investit totalement. Chaque jour à 20 heures, maintes personnes se manifestent aux fenêtres pour les applaudir. Je suggère que, là où c'est indiqué et selon des modalités à déterminer localement, la sonnerie des cloches de nos églises appuie ce mouvement sympathique.

Tenons en éveil l'espérance en raison de la foi qui nous habite. Sur la croix c'était nos souffrances qu'il portait. Jésus souffre en tout homme qui souffre. Et parce qu'il en est ainsi, nos jours d'épreuve peuvent être des vendredis saints. Et aussi conduire au soleil du matin de Pâques, parce que Jésus nous entraîne dans sa Pâque, son passage.

Au chapitre 8 de sa lettre aux Romains, saint Paul écrit que "si la création gémit maintenant encore, ses douleurs sont celles d'un enfantement" (cf. v.22). Que vive soit notre espérance malgré les papillons noirs qui peuvent battre devant nos yeux !

Je vous suis proche et vous bénis.
+ Pierre Warin

Dépôt Compte 2019 - Ville de Namur
 Coronavirus : situation du personnel au 24.03.2020


Bonjour à tous,

 

Objet : Demande simplifiée de chômage temporaire

 

Afin d'être concret et de vous aider dans le choix à faire parmi tous les avis reçus de Madame Naomé, du Chanoine Huet, de Monsieur Detry, nous vous communiquons ci-après le formulaire que le travailleur doit introduire auprès de son syndicat (ou à la CAPAC) pour bénéficier d'une allocation de chômage temporaire découlant de la période de confinement pour motif du coronavirus  :

Vous pouvez vous documenter sur le site de l'ONEM FAQ CORONA qui est mis à jour régulièrement (accessible également via Google) :

 Vous pouvez consulter également la feuille de directives envoyées par le Group S  en cliquant sur le lien ci-dessous :

Que la correction, l’honnêteté et le civisme vous guident dans votre choix mais il doit y avoir prestation à partir du 13 mars 2020 si vous n'utilisez pas le chômage temporaire, les jours de V.A., les absences autorisés ou maladie en accord avec le travailleur.

Option "prestation à partir du 13 mars " :

Courriel du Chanoine Huet du 19.03.2020


Chers fabriciens,

Depuis hier midi, après la décision du Conseil National de Sécurité, notre pays est en confinement général, avec cependant des exceptions qui évitent un lock down intégral.  

 

Malgré l'annulation des célébrations publiques, je conseille de laisser les églises ouvertes pour permettre aux chrétiens (et aux autres !) de s'y recueillir individuellement. En ces temps d’inquiétude, nous avons plus que jamais besoin de la Présence du Seigneur dans nos églises et dans nos cœurs. J’estime aussi que les sonneries de cloches doivent être maintenues, même si elles n’appellent plus à des offices. Nos cloches rythment le temps avec une régularité constante et apaisante : les rendre muettes ajouterait de la sinistrose inutilement et nous priverait de repères temporels bien utiles.

 

 Il a été demandé de vider les bénitiers afin d'éviter tout risque de contamination en se signant à l'eau bénite. Je conseille également – par respect pour les visiteurs mais aussi pour notre personnel d’église - de désinfecter régulièrement les poignées de portes ou tout autre objet régulièrement touché par les visiteurs. [Lire le tout]

 

AG du GEFEN du 4 mars 2020 (Belgrade)

16.03.2020

Avec la participation  de Monsieur le Bourgmestre Maxime Prévot, Monsieur l'Echevin Tanguy Auspert, pour la Ville.

Et Monsieur Collage, représentant de l'Evêché. Ainsi que Monsieur le Doyen Bruno Dekrem.

"Nous n'avons pas un an mais six mois pour réagir…" insiste l'Echevin du Patrimoine et des Cultes.

François des Touches, Président du GEFEN

Nous restons à votre disposition ! N'hésitez pas à nous demander ou nous communiquer des infos ! 
 Coronavirus: L’Eglise catholique de Belgique suspend toutes les messes - 12 mars 2020

 

https://www.cathobel.be/2020/03/12/coronavirus-leglise-catholique-de-belgique-suspend-toutes-les-messes/

En raison de l’expansion de l’épidémie du Covid-19, les évêques de Belgique décident ce jour de suspendre toutes les messes et célébrations publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce weekend du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins.

Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint. Pour les autres rencontres et réunions pastorales, la plus grande prudence sera demandée.Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Contacté par téléphone, le père Tommy Scholtes, précise que la mesure « concerne toutes les messes et célébrations ouvertes au public ». Le Porte-parole francophone de la conférence épiscopale ajoute que « les messes célébrées dans le cadre de communautés religieuses (abbayes, monastères,… n’accueillant pas de public extérieur aux religieux) pourront, elles, être maintenues ».

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui.

Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.

Les sites web de CathoBel, Kerknet, KTO, RCF, Kerk en Leven, les célébrations en radio et en télévision, RTBF et VRT, les diffusions en live-streaming pourront y contribuer.

Les évêques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en oeuvre pour arrêter l’extension du Covid-19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les personnes atteintes par la maladie.

Source: Communiqué du SIPI, jeudi 12 mars 2020 / MV




Le GEFEN asbl, Groupement d'Entraide des Fabriques d'Église de Namur, regroupe les fabriques d'église de 39 paroisses de la Ville de Namur.

  

Sa mission se caractérise par :

  • la transmission et l'explication de tout texte qui peut avoir un impact sur la gestion des biens d'église
  • une fonction de représentation de l'ensemble des fabriques de Namur auprès des autorités civiles et religieuses
  • une assistance technique auprès des fabriques, essentiellement pour la gestion comptable et budgétaire.

Agenda

pour 2020

Agenda des conseils de fabrique, AG du Gefen ou toute autre formation…

Outils

Dernière Maj le 20 février 2020

Description de fonction, comptabilité, informatique, fournisseurs, législation, …

Actualités

Dernière Maj le 26 février 2020

Actualités de nos fabriques et de nos églises


Appel à vos compétences

Nous en appelons à vous qui aimez votre village, votre clocher au point de bien vouloir partager bénévolement vos compétences. Qu'il s'agisse de comptabilité, d'informatique en proposant des outils, d'actualités, de la finance et de droit … Venez nous rejoindre… 

Au fond, qu'est-ce qu'une fabrique d'église ?

Vous avez été contacté par votre paroisse pour faire partie du Conseil de fabrique et vous vous posez bien des questions avant de vous engager…

La Vidéo ci-contre vous en donne un très bon aperçu.

 

Le site du Diocèse de Namur vous donne également une réponse à cette question.

Télécharger
Qu'est-ce qu'une fabrique d'église ?
02a_qu'est-ce_qu'une fabrique_d'église.p
Document Adobe Acrobat 233.5 KB


Extrait du discours de l’échevin des cultes , Monsieur Tanguy Auspert - Un bon rappel des obligations des communes, que nous publions sur notre site comme document de référence

Extrait du discours lors de la remise des clés à la FE Saint-Symphorien.

 

Certains m’ont dit, la Ville a l’obligation de permettre l’exercice du culte dans chaque paroisse reconnue, faisant ainsi référence au décret de 1809 relatif aux cultes reconnus pris en charge par les communes et provinces.

Néanmoins, le dernier décret de la Région wallonne indique que les communes peuvent prévoir des montants annuels précis et limiter leur intervention à ces montants, tant pour

l’investissement que pour le fonctionnement des lieux de cultes. Mais à Namur, nous n’en sommes pas encore à ce stade. Je profite du fait d’aborder ce « décret culte » pour clarifier certaines choses ou certaines confusions que le citoyen lambda exprime régulièrement.

Lorsque l’on dit que les communes ont l’obligation de subvenir au déficit de l’exercice du culte, il faut savoir que cela signifie que les frais de fonctionnement liés au culte (chauffage, électricité, nettoyage, salaire de l’organiste, remboursement de frais du sacristain, frais du comptable de la Fabrique d’Eglise, petites réparations de l’église, …) sont à charge de la commune d’une part.

Et d’autre part, la commune a l’obligation d’assurer le logement au prêtre desservant, c’est-à-dire, du prêtre qui a la charge d’une paroisse.

 

Prendre en charge le logement signifie : soit de lui procurer un logement, soit de prendre en charge le loyer d’un logement situé sur le territoire de sa paroisse, ou d’une de ses paroisses. Mais faudrait-il encore que la valorisation de ce logement soit faite correctement. Pour information, la commune valorise quelque fois cette indemnité de logement à 350 ou 400 €. Qui peut encore trouver un logement pour ce prix à Namur ? Sachant que ce logement doit comporter une salle de réunion, un bureau, une pièce d’archive, et idéalement 2 chambres afin de pouvoir accueillir l’autorité ecclésiastique en visite dans sa paroisse.

 

Cela signifie que contrairement à ce que certains pensent, les communes ne sont jamais intervenues pour prendre en charge des salles paroissiales, des locaux associatifs appartenant à des asbl distinctes même si elles sont proches de la paroisse. Les seuls lieux de culte à charge des communes sont les églises et les presbytères.

 

Il existe également les chapelles, ou églises dite privées, qui appartiennent à des communautés ou associations, ou parfois à des paroisses. Cependant ce ne sont pas des lieux de culte liés à une paroisse et ces bâtiments ne sont pas à charge d’une commune non plus.

 

Enfin, le salaire des prêtres est à charge du SPF Justice qui dépend de l’Etat fédéral. Alors ne nous faisons pas de fausses idées, il s’agit de barèmes qui ne sont pas en relation avec le niveau d’études effectuées pour assurer la charge de prêtre d’une ou plusieurs paroisses.

Le barème proposé est nettement inférieur à celui de fonctionnaires fédéraux ayant effectué le même niveau d’études. En plus, au fur et à mesure des années, le nombre de prêtres a fortement diminué et cela a eu pour conséquence d’augmenter le nombre de paroisses que chaque prêtre a en charge.
 

Mais le plus gros problème qui sera rencontré dans les années futures sera d’assurer de manière structurée et planifiée l’entretien des édifices de cultes (toitures, murs, chaudière, installations électriques, système d’alarme, …) et ne pas y faire face aujourd’hui ne fera qu’augmenter le coût futur. Croyez un échevin du Patrimoine et des Cultes qui a pris ses fonctions après près de 30 ans de services légers

en la matière…

 

Certains diront un peu facilement, « on peut en fermer certains ou les transformer à telle ou telle destination ». Alors chaque fois qu’on aborde le sujet d’une éventuelle fermeture d’un édifice religieux, la majorité des citoyens locaux, même les non croyants, ne souhaitent pas que l’on ferme celui de leur village ou de leur paroisse !

 

Parce qu’on y a enterré un proche, parce qu’on a été au mariage d’un ami, parce ses enfants y ont fait leur communion, parce qu’on y a été baptisé,… ou tout simplement parce qu’après la fermeture de l’école du village, après la disparition de l’ancienne maison communale et après la fermeture du bistro local, l’église est devenue le dernier endroit de rassemblement occasionnel avec ses voisins, avec les

personnes qui habitent le même quartier, mais aussi parce que bon nombre de citoyens souhaitent encore pouvoir se recueillir même occasionnellement !

 

Je fermerai ici la parenthèse relative aux bâtiments de culte à charge des communes et provinces.

 

Tanguy Auspert

Echevin